“Rien n’oblige les hommes et les femmes à adhérer aux modèles simplistes qui condamnent au inégalités !”

yves-deloison-©julien-benhamouYves Deloison publie cette semaine aux éditions First son nouveau livre : Pourquoi les femmes se font toujours avoir ? Mode d’emploi pour que ça change. Quelque part entre essai, guide pratique et pamphlet, ce livre réveille des questions parfois endormies et nous permet de nous interroger sur notre mode de fonctionnement.

Yves Deloison m’a fait l’honneur de me demander d’écrire la préface de son livre ; connaissant l’auteur et le propos de cet ouvrage que je trouvais très pertinent, j’ai accepté avec plaisir. C’est la troisième fois qu’on me propose d’écrire une préface mais c’est la première fois que j’accepte, c’est dire si je me suis sentie en affinité avec les thèmes abordés par Yves Deloison dans ce brillant livre. Au détour d’une rencontre avec quelques membres de Maman travaille, j’ai noté le questions que soulevaient chez elles la parution de ce livre et les ai envoyées à Yves Deloison, qui y répond ici.

Maman travaille : Pourquoi les femmes se font toujours avoir… Avant même sa sortie, le titre du livre suscite des réactions épidermiques ! As-tu volontairement choisir un titre provocateur, pour créer le débat ?

Yves Deloison : Tout dépend de la manière dont on décide d’interpréter le titre. Pour l’instant, les réactions épidermiques sont rares. Le livre semble susciter de la curiosité, voire de l’engouement. Les réactions des femmes, en particulier celles qui l’ont lu, sont plutôt très positives. J’ai conscience que le sujet est très sensible. La formule volontairement « impactante » a pour but d’interpeller et de faire réagir. Mais c’est surtout le moyen d’inciter le maximum de personnes à s’intéresser vraiment à la place que les femmes occupent dans notre société. Et pour que cela change enfin, il faut d’abord prendre conscience de la situation et des raisons à l’origine des disparités entre hommes et femmes. Il n’y a aucune volonté de ma part de culpabiliser les femmes ni de les considérer comme des victimes. Bien au contraire.

Maman travaille : Que ça vienne d’un homme est étonnant, mais prouve bien que tu fais ces constats non pas pour servir ton intérêt personnel, mais par souci d’égalité. D’où te vient cet intérêt ?

Yves Deloison : Je le précise au début de l’ouvrage, du plus loin que je me souvienne, je me suis toujours senti concerné par la place des femmes. Je ressens une profonde injustice face à ce qu’elles subissent à travers le monde. Petit déjà, je les voyais se démener sans compter et assumer la charge la plus lourde sans même l’once d’une reconnaissance. Cela sans pouvoir remettre en cause l’ordre établi. Comment expliquer par exemple que toutes celles qui se sont illustrées tout au long de l’histoire restent méconnues du plus grand nombre ? En France, les femmes représentent plus de la moitié de la population, et encore aujourd’hui, ce sont les hommes qui occupent l’essentiel de l’espace public, économique, politique. Les inégalités qui perdurent, voire s’aggravent parfois, continuent à me heurter.

Extrait du site Maman travaille et de l’interview réalisée par Marlène Schiappa. La suite ici !

[jamiesocial]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *